Dolmen de Feuilles (Rouet, 34)

Dolmen de Feuilles (Rouet, 34)
(photo Albert Colomer, TDR)

lundi 20 mai 2013

Dolmens et menhirs de Suisse et de Haute-Savoie sous la neige !


Me voici, encore une fois, loin du Languedoc, près des lacs suisses cette fois ci, à la rencontre de nouveaux monuments !


Menhirs de Stand (Commune de Concise, Suisse) :

Comment s'y rendre : En partant de Neuchâtel, rien de plus simple, il suffit de prendre la nationale en direction de Lausanne (Attention en Suisse les nationales sont indiquées en bleu et les autoroutes en vert). Une fois arrivée à Concise, prendre à droite (Les menhirs sont indiqués par un panneau patrimoine marron) la route de Provence, continuer tout droit, dépasser le village et tourner à gauche. Au carrefour de deux chemins, prendre à droite le chemin de stand qui descend. Les quatre menhirs sont à droite du chemin, dans un champ, vous ne pouvez pas les rater.

Image satellite de la commune de Concise près du lac de Neuchâtel avec pointage des 4 Menhirs de Stand

Toponymie : Stand veut sans aucun doute dire dressé ! Bref, c'est la définition même d'un menhir. En Occitanie on trouve souvent le toponyme pèira levada ou plantada/ficada pour désigner un menhir. En Corse, un des sites majeurs du mégalithisme de l'île se nomme i stantari : les dressés, les statues. Il regroupe un grand nombre de statues-menhir.


Description : Il s'agit de quatre menhirs en granit disposés en rectangle. Les deux menhirs du nord sont espacés d'environ 1,50 m entre eux et de 5 ou 6 m des deux autres. Ils mesurent plus ou moins 2 m de haut. Il est difficile actuellement, pour moi, de donner davantage d'explication pour la compréhension de ce site car je n'ai pas encore trouvé de bibliographie associée. Etant de passage dans la région, je n'ai pas pu m'attarder pour pêcher des informations plus précises. Je ne sais donc pas si ce site a été fouillé. Avis donc aux internautes franco-suisse qui pourraient connaître ce monument!


Le dolmen de la Cave aux Fées (Commune de Saint-Cergues, Haute-Savoie) :

Situation géographique : Le dolmen se situe sur la commune de Saint-Cergues en bordure de route à la sortie du village. Il est implanté au pied des Voirons, premier massif des pré-Alpes et nord du ruisseau de la Chandouze.

Toponymie : "La Cave aux fées" fait référence à la fois à la forme particulière du monument, à sa fonction et aussi aux légendes qui sont souvent rattachées aux dolmens.
Pour y pénétrer il faut descendre une marche aménagée dans une des dalles supports, ce qui fait penser un peu à l'entrée d'une cave, de plus cette grande chambre funéraire est hermétiquement fermée, aucun espace n'est laissé vide entre les différentes dalles. Mais c'est probablement l'utilisation funéraire connue de ce monument qui lui a donnée le nom "cave", très proche de "caveau".
Les fées et autres lutins ont depuis longtemps été rattachés aux dolmens considérés comme des monuments magiques que l'homme n'aurait pu construire.

Description : Ce dolmen, classé monument historique en 1910, est composé de 7 grandes dalles qui supportent une dalle de couverture actuellement fragmentée en deux morceaux.   La chambre est de forme rectangulaire et on observe une alternance entre dalles de granite et dalles de schiste. Un des piliers au sud est échancrée à la base et dégage ainsi une ouverture en demi-cercle. Peut-être est-ce l'entrée primitive du monument, ce dernier s'ouvrirait donc plutôt au sud ? Cette "entrée" a été murée à une époque indéterminée. Le dolmen semble restauré à l'heure actuelle et il n'existe, à notre connaissance, pas de documentation sur cette tombe. Les observations que nous faisons ici sont très limitées le dolmen étant complètement enneigé. Mais quel panorama !

L'entrée primitive ?

Le dolmen de la Pierre aux Fées (Commune de Reignier, Haute-Savoie) :

Situation géographique : Ce dolmen, pas très loin du précédent, se situe sur la commune de Régnier sur la plaine des Rocailles. Une fois au centre du village il est indiqué par un panneau. On ne peut pas le rater, une fois sur la bonne route, car la construction de cette dernière a probablement coupé une partie du site. 

Toponymie : La "Pierre aux fées" fait référence à une probable légende. En Languedoc, on trouve souvent le terme "Ostal de las Fadas", la maison des fées pour désigner bon nombre de monument. Ces termes prouvent bien les croyances populaires en des tombes construites par des êtres exceptionnels. Vous trouverez sur la toile pas mal de légendes associées à ce dolmen, et également beaucoup d'interprétations farfelues (table de sacrifices, etc.). 

Description : Ce dolmen est entièrement construit en granite. Cette roche semble présente localement sous la forme de chaos rocheux qui rythme la plaine des Rocaille. La fonction de sépulture de ce monument n'a pu être clairement établie du fait de l'acidité du sol qui ne permet pas une conservation des ossements humains.


C'est un dolmen qui peut sembler très aéré mais il faut avoir en tête qu'il est ruiné, il manque certainement des dalles ce qui altère la compréhension du site. La chambre devait à l'origine être composé d'au moins six dalles supports et d'une dalle de couverture.  Comme pour la cave aux fées, cet espace à vocation sépulcrale était probablement hermétiquement fermé. Les piliers étaient encastrées les uns aux autres comme en témoignent les traces de long creusement du granite sur les dalles restantes. Deux dalles effondrées l'une sur l'autre à l'entrée de la chambre formaient peut-être à l'origine une avancée de cette dernière ou une sorte de vestibule d'entrée. Les blocs retrouvés à l'arrière de la chambre ne semblent plus en place. Ils devaient être probablement dressés eux aussi et formaient alors,  le parement externe d'un tumulus allongé. 

Sillon creusé sous la dalle de couverture pour encastrer une autre dalle ?

Creusement vertical d'une dalle latérale pour la juxtaposition parfaite  d'une autre dalle support aujourd'hui disparue.
Vue latérale du dolmen entouré de blocs dont l'agencement d'origine reste difficile à percevoir.  

Pour aller plus loin : un article wikipédia existe sur ce dolmen, il mentionne également le contexte mégalithique et géologique de la micro-région. Bonne lectures !
Pour ce qui est des références bibliographiques, elles manquent ici aussi à l'appel, vous pouvez toujours vous rabattre sur les ouvrages concernant la Nécropole du Petit Chasseur  à Sion, mais je n'ai pas eu le temps d'y aller (un jour peut être ! Mais sans la neige !!).

Super visite sous la neige !

































mardi 26 février 2013

Rapport de fouille dolmens de l'Hérault

Le rapport de fouille qui concerne les dolmens du Mas de Reinhardt II (Vailhauquès, 34), de la Caissa dels Morts II (Murles, 34), de Laroque n°17 (Saint-Etienne-de-Gourgas, 34), des Isserts (Saint-Jean-de-la-Blaquière, 34) et de la Caumette (Notre-Dame-de-Londres) est enfin terminé. Il est le résultat de deux longues années de recherches de thèse sur les systèmes périphériques aux architectures funéraires mégalithiques. 

Je remercie encore tous les chercheurs et les bénévoles qui ont contribué à ce travail collectif.